Créer un concours Découvrez Mon Maître Carré
architecte d'intérieur
0

Rencontre avec Gwénolia, architecte d’intérieur

Gwénolia travaille en tant qu’architecte d’intérieur depuis son domicile à Clichy Levallois. Elle intervient donc principalement sur Paris et la région parisienne. Mais également un petit peu en Bourgogne d’où elle est originaire.

Quel est votre parcours ?

J’ai fait 2 ans à l’école Boulle en BTS design de communication espace et volume. J’ai ensuite fait un DSAA (diplôme supérieur d’art appliqué) à l’école supérieur des arts appliqués de Nevers pour m’orienter plus sur l’architecture d’intérieur. Et j’ai terminé par un master à l’ENS Cachan qui s’appelle design, objet et scénographie. C’était plus un projet qui était mené sur une année que je faisais au musée des arts décoratifs de Paris.

Vers quelle spécialisation vous êtes-vous tournée?

Je fais plutôt de l’architecture d’intérieur générale mais j’aime aussi faire de la scénographie. Par exemple, j’ai une préférence pour les projets où il faut créer une ambiance resto ou boutique. Mais je suis assez ouverte sur tout.

Avez-vous eu un projet marquant dont vous pouvez nous parler?

Je dirais que c’est le premier projet en freelance que j’ai eu à réaliser qui m’a marquée. C’était un concessionnaire automobile 

qu’il fallait transformer en coffee shop avec un tout petit budget pour une très grande surface. Le truc impossible à faire. Et ça m’a marquée car il y a tout de suite eu des problématiques d’hygiène et techniques que j’avais pas vues en cours. J’étais super contente d’être confrontée à ça. En plus dans le domaine que j’aimais. Et il est marquant parce que je l’attendais depuis longtemps. Cela faisait 6 mois que j’étais lancée j’avais rien eu.

architecte d'intérieur

architecte d'intérieur
Quel serait le projet de vos rêves ?

En tant qu’archi, on aide à résoudre des problématiques du quotidien et ce que j’aimerais faire ce serait un projet qui apporte une réponse à un problème très important. Par exemple, des écoles dans des régions où des enfants en ont besoin.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

J’aime bien voyager, donc je pense que je prends mes inspirations de manière inconsciente dans mes voyages. Chaque pays a sa culture et donc des manières de vivre différentes. Je dirais que quand je voyage je repère un peu ces choses-là, j’y suis assez sensible.

Après, au niveau de mes sources d’inspiration de manière générale il y a les illustrations, les BD, les villes imaginaires et ce qui relève du narratif.

Selon vous quelle est la pire des fautes de goût ?

Ce que je n’aime pas c’est lorsque mon client me dit “je suis allé à cet endroit, j’aimerais refaire pareil”. Alors je ne sais pas si c’est une faute de goût mais comme chaque déco est adaptée à un lieu je n’aime pas quand il faut copier.

Après les tendances scandinave et industrielle, quelle style va émerger selon vous?

Il y a un style que j’aime bien et je pense qu’il émerge pas mal c’est le style bohème, naturel avec tous les matériaux nobles qui ont des vertus écologiques et économiques.

De quel outils ne vous séparez vous jamais ?

Quand je vais à un rendez-vous client je me sépare jamais de mon mètre laser pour prendre les mesures. Le portable aussi pour prendre des photos. Et le carnet de note.

Quelle est la difficulté du métier d’architectes d’intérieur aujourd’hui en France?

La plus grosse difficulté, et on ne nous l’apprend pas à l’école, c’est la communication avec le client. Par exemple, j’ai eu un projet où je n’avais pas juste un référent mais 7 personnes impliquées. Et lorsque je donnais certaines informations elles n’étaient pas toujours retransmises.

Comment évoluera le métier d’architectes d’intérieur dans les années à venir selon vous?

Je pense que déjà on va être de plus en plus en freelance, notamment avec le type d’outil que vous proposez.

Après, au niveau de l’intérieur en lui-même je pense qu’on va être de plus en plus sur des intérieurs où il va falloir permettre une mobilité et une modulabilité récurrente. Avant, quand on faisait un intérieur c’était pour 20 ans. Maintenant c’est différent, on change plus souvent d’intérieur.

Avez-vous rencontré des difficultés dans votre lancement d’activité ? Lesquelles ?

Au début c’était dur parce que je n’avais pas d’expérience en agence. Je savais pas comment communiquer, comment parler de moi et me vendre. Il y a un petit temps d’adaptation, il faut trouver des outils comme Mon Maître Carré, des forums. Il faut vraiment le premier projet et après ça se lance parce qu’on ajuste nos prestations, notre manière de travailler et on se rend crédible car on a quelque chose à montrer donc ça parle au futur client.

Mon premier projet je l’ai d’ailleurs trouvé sur un forum. Ca a marché au feeling, ils ont été sympas car ils savaient qu’ils étaient mes premiers clients et ils m’ont fait confiance.

Y-a-t-il une entraide entre les architectes d’intérieur  ?

J’ai pas mal d’amis de mes écoles précédentes qui se lancent dans le freelance. Il y en a d’ailleurs deux sur votre plateforme. C’est assez drôle parce qu’avec une copine on s’est retrouvées 3 fois sur un concours ensemble. Et un jour elle vient me voir pour me demander un conseil sur un chiffrage de travaux. Et je me suis rendue compte en en parlant avec elle que c’était un projet MM2 pour lequel j’avais également postulé. Donc on a rigolé. Donc oui, dès qu’on trouve des outils comme le vôtre on se les donne.

Gwénolia et MM2

architecte d'intérieur
Avis des clients de Gwénolia
Quels ont été les projets auxquels vous avez participé sur MM2 ?

J’en ai eu 7 en tout. Par exemple, mon premier avec MM2 m’a marquée. Il y avait ce problème d’optimisation d’espace et ça m’intéressait beaucoup car je ne l’avais jamais fait. Je l’ai remporté et ça s’est super bien passé. C’est un projet qui a généré plein de choses car j’ai aussi pu rencontrer la personne qui vit actuellement dedans. C’était intéressant pour moi de savoir comment elle se sentait dans les lieux. C’est le projet qui est allé le plus loin.

architecte d'intérieur
Premier projet de Gwénolia pour Mon Maître Carré

Il y a en a eu un autre pour une entrée, cuisine et chambre. C’était à Ville-d’Avray, il m’a marqué parce que j’ai eu le résultat et une heure après les clients m’ont contactée. C’est allé très vite, ils emménagent en mars.

architecte d'intérieur    architecte d'intérieur

                                                                                                        architecte d'intérieur

Et le dernier qui m’a bien marqué c’était le dôme. Vraiment, s’il y a des projets comme ça sur la plateforme c’est super. Ca change un peu des problématiques que j’ai l’habitude d’avoir. Et c’est typiquement le genre d’espace où on a peu de chance de travailler donc c’était chouette de l’avoir même si je ne l’ai pas remporté.

architecte d'intérieur
architecte d'intérieur

Qu’est ce qui vous plaît dans l’approche MM2 et qui vous a poussé à l’inscription ?

Quand j’ai trouvé votre activité je n’avais pas de client. Donc tous les recours étaient bons à prendre. Ce que j’ai aimé c’est le fait que si je participe à un projet je n’aurai pas perdu de temps car j’aurai quand même une rémunération.

Et d’un autre côté, je sais que démarcher c’est pas mon truc donc je suis super contente que vous le faisiez à notre place et qu’on ait juste à faire notre boulot de créatif. C’est un gain de temps énorme pour nous.

Que pensez vous de la plateforme MM2 ?

Je trouve que ça fonctionne plutôt pas mal. Le seul point négatif c’est lorsque l’on postule à plusieurs concours et qu’un moment plus tard on a les réponses qui tombent en même temps. Parce que personnellement ça m’est arrivé d’avoir 3 concours en même temps et j’ai dû faire un choix. C’est dommage, j’aime pas me dire que je vais plus travailler sur un projet plutôt qu’un autre. Et pourquoi pas avoir la possibilité de voir ce que font les autres architectes d’intérieur et discuter avec eux.

architecte d'intérieur

Quel message vous avez à faire passer à un architecte d’intérieur qui hésite à s’inscrire sur notre plateforme ?

Pour ceux qui démarrent, il faut s’inscrire. C’est vrai qu’avec tous les outils qu’il y a on est un peu méfiants, on a un peu peur de travailler dans le vide. J’aimerais rassurer les futurs utilisateurs car je pense que vous voulez faire de beaux projets avec des clients mais je pense que vous voulez aussi aider les jeunes architectes d’intérieur à se lancer. J’ai toujours été agréablement reçue donc c’est pour ça que j’encourage les gens à s’inscrire. Et aussi, je voulais dire que c’est crédible dans le sens où on a des projets. C’est pas juste un concours sur internet mais aussi parfois un chantier après qui tombe et c’est top parce que ça remplit le portfolio c’est hyper nourrissant.

Que pouvez-vous dire à un futur client pour qu’il vous sollicite ?

Moi j’adore mon métier et je ne compte pas mes heures. Je travaille à fond sur mes projets et s’ils veulent quelqu’un qui donne tout ce qui est possible pour leur projet je suis cette personne.


Si la personnalité de Gwénolia vous a plu, vous pouvez la retrouver sur monmaitrecarre.com.

N’hésitez pas à commenter et partager cet article s’il vous a plu.

Merci,

Laura.